Ingrina

(Post-Hardcore / Post-Rock – Tulle)

Ingrina est le nom d’un souvenir. Celui d’une sensation d’extase vitale que cette civilisation tâche de faire oublier aux vivants. C’est aussi le nom d’une fuite. Celle qui s’empresse vers des arrières-mondes moins hostiles dans lesquels le temps est dépassé. Ingrina est la forme vacillante que prend l’expérience d’une désertion toujours inachevée mais tant désirée.

Chimère bruyante présentant tous les symptômes du mal au crâne: deux batteries, trois guitares, des voix perdues dans le magma, et une basse qui écrase tout le reste. L’ orage entre deux accalmies… Ingrina tente de sonoriser la mélancolie coincée entre tout ce qui s’effondre et ce qui commence à émerger.

Etter Lys, son premier album, décrit l’épreuve que les formes de vie traversent au contact d’une colonisation totale par les flux et les flots. La liquidation des repères, la dissolution du savoir, l’abandon enfin, et l’émergence, alors.

Siste Lys, son deuxième effort reprenant des morceaux du passé, raconte la réapparition des geôliers, des murs et du présent. Ce voile obscure qui occulte le mouvement, et fait des derniers rayons de lumières une extase dont le souvenir devra se battre pour persister.

Ingrina is a six-member band with two drumsets, a bass and three guitars, coming from the meeting of many other bands (ld. kharst, uns, nothing lasts, motional, death cult).
Hard to label this band with a specific style, it can go from post-hardcore or post metal sounds to ambient shoegaze.